Accueil

  • 2 étapes indispensables pour réussir à monter sa crème


    ah la la, la vie est incroyable.

    Bien que je ne sois pas du tout patiente, je fais de la pâtisserie. J’ai toujours voulu en maîtriser les règles. Souvent j’en faisais sans respecter le dosage des ingrédients et c’était soit par chance je réussissais, soit je loupais tout. Depuis que j’ai décidé de réellement me lancer dans la réalisation de cakes design, je suis bien obligée d’être un peu plus disciplinée.

    Du coup, aujourd’hui je te donne 2 étapes importantes à respecter pour monter sa crème liquide entière à 30% de matière grasse.


    1- Mettre les ustensiles au congélateur

    Placer au congélateur Le récipient dans lequel la crème sera fouettée ainsi que le fouet. Cela permettra d’être sûr(e) de réussir sa crème mais aussi qu’elle prenne (qu’elle se solidifie) assez rapidement.


    2- Fouetter sa crème pendant 10 à 15 minutes

    Lorsque que l’on bat sa crème à vitesse moyenne, au bout de 10 minutes (ou même bien avant si les ustensiles et la crème sont très froids au départ) on peut constater que celle-ci s’est solidifiée. Si tel n’est pas le cas, on peut patienter 15 minutes. Pas besoin de plus.


    Allez, au travail maintenant 😋

    Continuer à lire

  • Bazar 1, maman 0

    J’ai toujours été passionnée par le rangement.

    Ce n’est pas forcément quelque chose que j’adore, mais j’apprécie lorsque tout est à sa place et rangé.

    Seule et célibataire, je vivais dans un appartement impeccable, cela frôlait peut-être la propreté maladive.

    À l’arrivée de celui qui est devenu mon mari par la suite, tout a commencé à être dérangé !

    Y’avait des paires de chaussettes qui commençaient à traîner par-ci par-là, de la vaisselle non rangée etc. De quoi me mettre hors de moi hahaha.

    Je pensais être au bout de mes peines, mais non… pas du tout.

    Mes enfants ont tout chamboulé à leur arrivée.

    Pourtant, étant une grande fan de jouets (j’en ai eu jusqu’à mes 18 ans), je devrais accepter qu’ils traînent partout. Arf non, je ne supporte pas me prendre les pieds dans tout le bazar des enfants. Cela n’empêche, je les laisse s’amuser : n’aies pas d’inquiétude pour cela.

    La chambre de Noah pleine de bazar


    Je ne sais pas pourquoi la chambre de Noah est la pièce qui est souvent dans un état improbable . Toutes ses affaires se retrouvent toujours sur le sol, un peu partout dans sa chambre.

    Après ce constat et pour m’éviter de frôler la crise cardiaque à chaque fois que je passe devant sa chambre, j’ai décidé d’investir dans des coffres/malles pour ranger les jouets en essayant bien sûr de les classer : les petites voitures avec les petites voitures etc.

    J’ai choisi un lot de 3 malles en osier chez La Redoute. Les plus petites peuvent se ranger dans la plus grande.

    La grande malle avec les 2 autres à l’intérieur


    Elles sont magnifiques et peuvent non seulement être placées dans la chambre de Noah (ou de ses sœurs), mais aussi dans n’importe quelle autre pièce (le salon par exemple).

    Malles ouvertes


    Malles fermées



    J’adore l’osier, Il se fond parfaitement dans tous les styles de décoration.

    Je peux désormais ranger sereinement le bazar des chambres des enfants sans prise de tête.

    Les 3 malles empilées


    Le fait que les malles soient de différentes tailles, permet de les placer les unes sur les autres (les plus petites au-dessus bien sûr).

    Force est de constater que l’on gagne de l’espace avec ce système (on en perd pas…).

    Lorsque les malles sont empilées, les enfants ont alors un peu plus d’espace pour jouer. Bien entendu, inutile de te rappeler qu’il faut toujours garder un œil sur eux au cas où ils souhaitent transformer la tour de malles en tour de pise et que celle-ci finisse par s’écrouler sur l’un d’eux.

    La grande malle comme chevet


    Ce qui est tout aussi génial, c’est que tout en profitant des rangements des malles, elles peuvent en plus servir de meuble d’appoint tel qu’une table de chevet par exemple et y poser pourquoi pas une veilleuse ou encore un livre.

    Bon pour Noah, les malles font office de voitures lorsqu’il s’installe à l’intérieur.
    Chacun voit midi à sa porte.

    Chambres rangées parfois = maman heureuse

    Continuer à lire

  • Serviettes de table en sapin

    Avoir des serviettes de table pliées délicatement permet de ravir encore plus ses invités.

    C’est pourquoi en suivant les étapes ci-dessous, tu pourras toi aussi les impressionner.

    Attention

    • Pour des serviettes en lin telles que les miennes, il te faut absolument un fer à repasser (l’utiliser à chaque étape du pliage)
    • 1 à 2 trombones (facultatif)

    Serviette carrée bien repassée

    La plier en deux

    Puis en 4

    Rabattre les côtés

    Les 4 coins sont rabattus

    Placer la serviette ainsi, la pointe vers toi

    Rabattre le côté droit

    Puis le gauche

    La serviette est retournée

    Tu peux placer ton premier trombone là où il y a mes doigts sachant que c’est facultatif

    Rabattre vers le haut chaque pointe de la serviette

    Après la première pointe rabattue, faire la même chose avec les suivantes tout en les plaçant en-dessous de chaque pli précédent

    Ton sapin est alors prêt à être posé sur table ou sur une assiette, soit en 3D pour du relief soit à plat

    Tu peux placer ton deuxième trombone un peu sur le côté, pour joindre la partie arrière au reste de la serviette (c’est facultatif)

    La serviette en relief

    Continuer à lire

  • Les sablés de Noël selon Noémie

    Ingrédients

    • 240 g de farine
    • 120 g de sucre
    • 125 g de beurre
    • 1 pincée de sel
    • 1 œuf

    Commencer par mélanger la farine, le sucre et le sel.

    Ajouter l’œuf.

    Mettre le beurre encore ferme par petit bloc pour que celui-ci ne ramollisse pas la pâte.

    Faire une boule et la mettre dans un film plastique.

    Placer la boule une heure au réfrigérateur.

    Nos ustensiles

    • 1 rouleau pâtissier basique
    • 1 rouleau pâtissier motifs sapin etc
    • 1 emporte-pièce grand sapin
    • 1 emporte-pièce petit sapin

    Préchauffer le four à 180 degrés.

    Préparer une plaque de cuisson recouverte de papier cuisson.

    Sortir la pâte du réfrigérateur.

    Saupoudrer de farine votre plan de travail. Ne pas hésiter à ajouter de la farine pendant la préparation de votre pâte si celle-ci semble collante.

    L’aplatir avec le rouleau sans motif jusqu’à 5 millimètres d’épaisseur environ.

    Appliquer vos emporte-pièces pour diverses formes.

    Refaire si besoin une boule de la pâte, l’aplatir avec le rouleau basique et repasser dessus le rouleau à motif en appuyant assez pour que les dessins soient visibles.

    Placer sur la plaque de cuisson les différentes formes réalisées.

    Enfourner pendant 10 mn maximum.

    Ça y’est : vos sablés sont prêts à être dégustés tièdes ou froids.

    Bon réveillon 🎄

    Continuer à lire

  • Wishlist Noël 2019 pour Nola 11 mois

    Nola étant mon troisième enfant, elle a la chance d’avoir énormément de jouets en pouvant profiter de ceux (adaptés à son âge bien sûr) de sa grande sœur et son grand frère. Du coup, ce sera pas vraiment une liste mais un jouet que j’estime indispensable (et que nous n’avons pas à la maison) pour l’aider dans ses premiers pas.

    Chariot à pousser

    Continuer à lire

  • Wishlist Noël 2019 pour Noémie 4 ans

    Autant te dire que cette année mon budget dépenses est très serré, cependant je pense quand même faire plaisir à Noémie (ainsi qu’à moi lorsque je la verrai jouer avec ses cadeaux).

    Chaise haute poupée en rotin


    Poupée fille Paola Reina

    Portant poupée 38 max

    Barboteuse

    Livre sur les cheveux

    Coffret animalier en carton

    Lit poupée rose poudré

    BoardStation

    Cafetière

    Mixeur

    Alphabet puzzle

    Lorsque j’achète des jouets, j’apprécie le fait que les enfants puissent partager les jouets et ainsi s’amuser ensemble. Et puis ça leurs fait encore plus de jouets, que ceux-ci soient mixtes ou non.

    Continuer à lire

  • Streptocoque B et intimité

    Oser parler de ce qui touche à l’intime n’est pas chose facile.

    Et puis c’est peut-être ouvrir un peu son jardin secret !

    Ce qui est effrayant c’est la peur d’être jugé(e) et catalogué(e) : mais il faut sortir de cela, pour s’aider soi-même, se libérer et pourquoi pas aider d’autres personnes qui se sentent sûrement seules…

    La découverte

    En 2015, lors de l’accouchement de Noémie.

    Installée en salle d’accouchement, pose péridurale faite. La sage femme passe me voir et me dit que l’on va m’administrer des antibiotiques jusqu’à l’accouchement de mon premier enfant car je suis porteuse saine du streptocoque B.

    Les yeux écarquillés, mon mari me dévisage. La sage femme ajoute : « ne vous inquiétez pas, il n’y a pas de problème pour les rapports sexuels ».

    On n’y comprend pas grand chose et j’accouche sans problème.

    Pour ma deuxième grossesse c’est pareil.

    À ma troisième grossesse, je l’ai moi-même annoncée à la sage femme de la clinique.

    Le streptocoque B, mais qu’est-ce que c’est ?

    Pour résumer, il existe différents types de streptocoque. Ils se logent soit dans la gorge, soit vers l’anus ou soit dans le vagin et peut ainsi provoquer quelques petites irritations.

    Le streptocoque B, lui se retrouve dans le vagin. Il est « sans gêne » pour les porteuses saines.

    Pour le partenaire sexuel : il est sans incidence, ouf !

    10% à 30% de femmes sont porteuses de cette bactérie que l’on ne maîtrise pas vraiment car pour l’instant, on ne peut s’en débarrasser.

    La gynécologue : ma meilleure amie

    Ce qui est sûr c’est que dès que l’on sait qu’on est porteuse de cette bactérie, mieux vaut prendre un abonnement à durée indéterminée auprès de son gynéco.

    Histoire de ne pas péter les plombs lorsque notre corps devient incontrôlable voire indésirable.

    La flore vaginale

    Il faut savoir qu’à cause de cette bactérie présente dans l’organisme des personnes porteuses comme moi, on n’est condamnées (pour l’instant) à veiller sur notre flore vaginale. En période de crise, la flore vaginale peut être déséquilibrée, on peut avoir l’impression d’avoir chopé une mycose ou autre. Cela peut ne pas être le cas, mais vu que l’abonnement auprès du gygy a été pris. Il faut consulter sans hésitation. Un traitement est alors donné soit dans le but de refaire sa flore, soit pour lutter contre une mycose ou autre si l’on a trop attendu(avant d’aller consulter) en espérant que la « crise vaginale » passe toute seule.

    Diagnostic du Streptocoque B

    Malheureusement, je dis bien « malheureusement » et selon moi, le diagnostic est fait tard. Souvent lors du premier accouchement au vu des risques encourus par le bébé à naître.

    J’aurais préféré apprendre plus tôt que j’étais porteuse saine de cette bactérie car cela m’aurait évité de souvent me poser des questions sur mon corps, les éventuels inconforts et sensibilité(négative) vaginaux.

    Cette dangereuse bactérie

    Si jamais tu ne sais pas si tu es porteuse du streptocoque B et que tu veux faire ta warrior en accouchant seule chez toi, un conseil : sors-toi cette idée du crâne.

    Au quotidien, on peut facilement vivre ou survivre avec son streptocoque B.

    Cependant, au moment de l’accouchement et sans administration d’antibiotiques les risques de contagion du bébé à naître sont accrus.

    Sans antibiotiques, s’il y a rupture de membranes le bébé peut être contaminé de l’intérieur ou alors il peut l’être, le plus souvent, au moment du passage dans le vagin.

    Si la bactérie est présente lors du passage du bébé, il peut se retrouver avec des maladies mortelles (S’il n’est pas pris en charge à temps et correctement) telles que la pneumonie par exemple.

    C’est donc la raison pour laquelle le diagnostic ne sera fait que lors d’une grossesse.

    Mon quotidien avec cette bactérie

    Mon quotidien est banale, je vis normalement avec cette bactérie en moi sauf lorsque celle-ci se manifeste. C’est alors que je prends mon tapis volant et atterris chez ma gygy pour lui demander de l’aide et vérifier ensemble si ma flore vaginale est en bonne état ou s’il me faut des médocs pour la rétablir.

    Pour mon mari, il n’y a aucun souci. Pour moi c’est plus compliqué surtout au moment de grossesse avec l’afflux d’hormones dans le corps pendant cette période. Le mélange de la bactérie plus hormones peut causer des sécheresses vaginales qui, pour le coup, rendent les rapports sexuels insupportables de douleur me concernant.


    Pour conclure, ce que je souhaite à toutes les femmes dans ma situation, c’est que la médecine trouve vite une solution durable/permanente qui nous permettrait de nous débarrasser définitivement du streptocoque B.

    Continuer à lire

  • Comment faire une guirlande de fleurs

    Les guirlandes de fleurs en feutrine de laine sont de parfaits objets de décoration.

    Elles ajoutent énormément de style dans une pièce.

    Aujourd’hui je te montre, dans une vidéo brève, les différentes étapes concernant la réalisation de l’une de mes guirlandes de fleurs.

    Tu as surtout en détail comment je fais une rose en feutrine et comment je l’ajoute aux autres : l’ensemble forme ainsi une guirlande que je peux poser où bon me semble.

    Enjoy 😘

    Continuer à lire

  • 5 points essentiels pour réussir une collaboration

    Depuis le printemps 2015, je découpe des fleurs en feutrine de laine.

    Une activité qui m’est un peu tombée dessus.

    On est en 2019, désormais je peux laisser place à mon expérience en tant que « créatrice » (mot entre guillemets car je ne me sens pas réellement à l’aise avec ce qualificatif car ce que je fais relève tout simplement de l’artistique).

    J’ai donc eu donc l’occasion de collaborer avec plusieurs créatrices ce qui aujourd’hui me permet de tirer quelques conclusions (bien sûr qui n’engagent que moi).

    Une collaboration permet de sortir quelque chose de nouveau, de combiner plusieurs savoirs-faire, de s’ouvrir de nouvelles opportunités, de se découvrir aussi.

    Pour la réussite d’une collaboration, pour que celle-ci soit enrichissante, au-delà des éventuelles ventes et du choix de la personne avec laquelle on souhaite travailler, il faut :

    1. Croire en son produit.

    Trouver son produit irrésistible, malgré les doutes se dire que l’on détient la perle rare, quelque chose qui va révolutionner l’univers. En somme, c’est envelopper d’amour et de positivité son produit : le chérir envers et contre tout.

    2. Apprécier son binôme et être soudée

    Lorsque l’on choisit une personne avec laquelle travailler, on ne l’a connaît pas forcément. C’est peut-être un certain feeling inconscient qui vous conduit vers elle. Se soutenir dans cette nouvelle aventure car le projet est commun et il se doit de réussir.

    La réussite peut ne pas être au rendez-vous de suite mais ne jamais désespérer car l’on peut être très vite surpris(e).

    3. Rester soi-même

    Garder sa personnalité, savoir donner son point de vue toujours dans un but positif pour évoluer en aller vers le potentiel succès et embrasser celui-ci.

    4. Avoir un sentiment d’égalité

    Respecter son partenaire est la base. Le traiter comme soi-même. Ne pas se sentir supérieur et lui laisser la place qui lui revient.

    5. Développer une relation de partage

    L’écoute et le dialogue doivent être au centre de la collaboration comme dans une relation de couple. Se porter vers le haut car les bénéfices seront communs.

    Conclusion

    Lorsque les cases des 5 points cités précédemment sont cochées, vous mettez toutes les chances de votre coté pour vivre une très belle aventure. Il est aussi important de savoir qu’une collaboration n’est pas forcément faite pour durer dans le temps. Souvent elle est éphémère mais certaines collaborations peuvent être pérennes.

    Vive les collabs.

    Continuer à lire